Réflexions ouvertes sur l’énergie

I’m back.

Partie 1.

Cet article sera purement spéculatif et théorique.

En effet, il supposera (ou imaginera) deux choses :
– que les résultats de Wagner avec l’IRMf sont « cleans » et confirmés par d’autres équipes indépendantes, ce qui amènera à une reconnaissance « officielle »
– que ces résultats correspondent effectivement à l’énergie (syn. fluide éthérique, fluide magnétique, chi…) telle que nous la connaissons expérimentalement

Il a pour but de réfléchir ensemble et d’imaginer ce que nous pourrions déduire, prédire, extrapoler, spéculer et comprendre de l’énergie en prenant pour vraies les hypothèses les deux faits ci-dessus.

L’ensemble de l’article peut donc logiquement s’avérer à 100% faux.

L’idée ici est seulement de réfléchir logiquement et d’imaginer, ce qui peut éventuellement ouvrir quelques pistes de réflexions nouvelles (la fameuse sérendipité ?).

——-

Nous partons donc de ces deux hypothèses. Pour notre réflexion, imaginons-les le temps de ce post comme vraies, c’est-à-dire vérifiées, reproduites et confirmées au-delà de tout doute raisonnable.

Nous pouvons donc déduire immédiatement plusieurs éléments :
– la conscience peut influer sur un champ magnétique
– l’énergie, ou un type d’énergie particulier, est sensible au champ magnétique.
– l’énergie mime une baisse de la fraction d’extraction de l’oxygène, phénomène naturel dans le cerveau qui se produit lors d’une activité synaptique. Cette phrase ne veut rien dire à priori, mais voyons plus en avant.

Questions physiques et biophysiques

Définitions

– l’IRMf est l’acronyme d’Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle. Il s’agit d’une technique d’imagerie médicale non invasive et non destructive.
l’oxyhémoglobine est de l’hémoglobine (une protéine contenant du fer présente dans le sang, au sein des globules rouges) liée à de l’oxygène.
la désoxyhémoglobine est de l’hémoglobine sans oxygène lié.

1) L’idée du signal BOLD.

Dans les années 1990, des chercheurs ont montré, en servant de rats, que les vaisseaux veineux, et surtout les tissus proches des vaisseaux, avaient un signal bas avec une technique d’IRM sensible à l’hétérogénéité du champs magnétique local.

Quand il faisait respirer à un animal 10% de CO2, les chercheurs se sont rendus compte qu’il y avait moins de baisse de signal, le signal diminuait beaucoup moins que sans CO2. Le signal était donc plus fort qu’attendu.

Physiologiquement, l’inspiration de CO2 fait augmenter la circulation du sang dans le cerveau. A haute dose, le métabolisme de l’oxygène est réduit.

La fraction d’O2, transportée par un élément du sang, passant par les capillaires porte le nom de fraction d’extraction de l’O2 dans le cerveau. C’est l’O2 qui sera utilisé par les tissus. Le sang, ainsi désoxygéné, devenu veineux, repartira quant à lui en direction des capillaires pulmonaires afin de récupérer à nouveau de l’oxygène.

Cette fraction était réduite par l’inspiration du CO2. L’O2 restait donc véhiculé dans le sang, puisqu’il ne passait pas dans les capillaires.

Le sang veineux était ainsi plus oxygéné, et la quantité totale de désoxyhémoglobine était réduite.

La cause du changement était dans ce cas externe, mais il a été montré ensuite que des changements intrinsèques existait aussi dans l’oxygénation du sang, sans avoir à faire inspirer du CO2 donc. L’IRMf en tant qu’outil pour visualiser l’activité du cerveau était née.

2) Deux phénomènes

Le signal BOLD est décrit comme étant lié à deux phénomènes, qui ensemble, permettent une génération de signal :

  • la désoxyhémoglobine est paramagnétique en raison de la présence d’électrons non-appariés, elle fait diminuer le signal de résonance magnétique.
  • l’activité synaptique fait localement augmenter le flux sanguin et donc le métabolisme de l’oxygène. Mais le flux sanguin augmente beaucoup par rapport à l’augmentation du métabolisme de l’oxygène. Le sang veineux est donc localement plus oxygéné ; la fraction d’extraction d’oxygène est diminuée. Il y a donc moins de désoxyhémoglobine, le signal de résonance magnétique augmente. Il y a une hétérogénéité du champ magnétique local et il faut se rappeler que l’IRMf fonctionne sur un mode capture témoin / capture d’activité.

En résumé, le signal BOLD est décrit comme se manifestant quand se produit une diminution locale de la fraction d’extraction d’oxygène. D’où son nom Blood Oxygenation Level Dependant.

Or, dans une bouteille d’eau qui justement sert à calibrer la machine, il n’y a bien sûr pas de sang.

Pourquoi y retrouve-t-on alors un signal BOLD quand de l’énergie est envoyée dans la bouteille à distance, et sans contact avec la bouteille ?

Si on part de la description du signal BOLD, on devrait donc en conclure que dans la bouteille d’eau, il y a une diminution de la fraction d’extraction de l’oxygène, et donc une diminution relative de la désoxyhémoglobine.

Cette hypothèse n’est pas recevable car il n’y a pas d’hémoglobine dans la bouteille d’eau.

Peut-on alors déduire que ce qui diminue, c’est la proportion d’un autre élément qui se comporterait comme la désoxyhémoglobine ? Qu’un autre élément paramagnétique diminue sa proportion relative quand il y a un envoi d’énergie ? Une augmentation de la proportion relative d’éléments diamagnétiques par un apport de « matière » ? Encore autre chose ? Les questions sont ouvertes.

Questions technologiques

Si on trouve que certains matériaux « conduisent » mieux que d’autres cette « énergie », alors, des « batteries à énergie » seront créées. Il suffit en théorie d’isoler un matériau très permissif à cette énergie dans une gaine de matériel plus isolant, voire de créer un confinement magnétique, et de « remplir » l’appareil avec de l’énergie envoyée par un individu ou un groupe d’individu. En effet, l’énergie faisant modifier un champ magnétique local d’une manière où d’une autre, elle possède donc des propriétés électromagnétiques. On sait effectivement que le signal BOLD de Wagner augmente au cours de l’envoi, et s’arrête quasiment net dès qu’il s’arrête d’émettre de l’énergie. En ayant toujours en tête qu’un champ magnétique variable génère nécessairement un champ électrique variable… Beaucoup de questions arrivent, et autant de pistes de recherches pour de nouvelles technologies.

Questions sociales

« L’énergie » étant reconnue scientifiquement, alors elle gagnera tôt ou tard le grand public.

Si la machine scientifique marche encore, alors, la découverte de « l’énergie » (un autre nom sera très certainement employé à cause de la confusion avec l’énergie des physiciens – énergie potentielle, thermique etc… ) sera enseignée, et le paradigme actuel s’effondrera. En effet, il faudra raisonnablement que l’ensemble de la communauté humaine admette qu’il est possible « d’agir » à distance avec uniquement l’intention.

La conscience devra être étudiée, cette fois-ci pour de vrai, avec de vrais moyens, de vraies questions, et de vrais enjeux et plus cet espèce de mépris condescendant et décourageant caractéristique de certains groupes de personnes.

——-

Avez-vous des intuitions ou des réflexions sur ce sujet que vous souhaiteriez partager ?

Cette première partie s’articule autour d’une réflexion centrale :

Je suis bien sur conscient qu’un très grand nombre de personnes et de cultures sont déjà au courant, mais de manière générale :

Que pensez-vous qu’il se passerait si, d’une manière ou d’une autre, l’ensemble de la communauté (la science, le grand public, les médias traditionnels etc) était au courant de l’existence de « l’énergie » de manière « officielle », solide et globale ?

——-

Sources, Notes & Références

> L’IRMf : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4376284/
> Les travaux de Wagner, TEDx : https://www.youtube.com/watch?v=Kr85BurAW_k
Les photos de l’étude (pour retrouver toutes les photos, cherchez Wagner Alegretti sur Facebook, ces photos sont publiques. Vous reconnaitrez facilement Wagner, sa photo de couverture est justement un cliché d’IRMf).
> Commentaire de Massimiliano Sassoli de Bianchi que l’on peut lire sur les photos des travaux de Wagner Alegretti, sur la page Facebook. Dr. de Bianchi est un docteur en physique italien diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il a participé au premier (22 au 24 mai 2015) et au second congrès (19 au 21 mai 2017) international de la conscience organisés par l’IAC.

« These are truly innovative experiments, that only very few people could have achieved nowadays, and I’m glad I could help raise awareness about them, through the publication of the Italian version of Wagner’s article, in the (open access) journal « Autoricerca – Rivista di Ricerca Interiore. » Surely, it will be necessary to undertake further investigations, perhaps studying in more detail only one of the many possible energetic maneuvers. It will also be important, of course, to eliminate all possible loopholes in the experimental protocol, which of course are always possible. In the long run, it will also be crucial to elucidate what could be the physics behind these observations, which may very well be a brand new one, yet to be discovered, or maybe not, it is too early to say at this stage. Anyhow, again congratulations to Wagner and the other researchers involved for this amazing pioneering work. »

Notes : au second congrès international de la conscience, étaient notamment présents :

> Dr. Pim Van Lommel. Cardiologue, auteur majeur dans l’étude des N.D.E. Lien Wikipédia
> Dr. Jim Tucker. Psychiatre, auteur majeur dans l’étude des existences passées, dans la suite des travaux du Dr. Stevenson. Lien Wikipédia.
> Federico Faggin. Physicien majeur, l’un des pères du microprocesseur. Lien Wikipédia.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s